Concert Recital De Piano à La Cote Saint Andre le 23 août 2019

Plus d'infos sur le concert Recital De Piano à La Cote Saint Andre

RECITAL DE PIANO (LA SYMPHONIE FANTASTIQUE)

Marie-Josèphe Jude, piano

Jean-François Heisser, piano

C. Debussy

Prélude à l'après-midi d'un faune (transcription pour deux pianos de C. Debussy)

Iberia (Images pour orchestre n°2)

(transcription pour deux pianos d'A. Caplet)

H. Berlioz

Symphonie fantastique ((transcription pour deux pianos de J.-F. Heisser).

Avant d'entendre la Symphonie fantastique dans sa version orchestrale en clôture du festival, c'est une audacieuse version pour deux pianos qui est interprétée par Marie-Josèphe Jude et Jean-François Heisser. La transcription de ce dernier renoue avec une pratique très courante au XIXe siècle, qui permet de favoriser la reconnaissance des compositeurs et la diffusion des oeuvres dans les salons de toute l'Europe musicale. Tout au long du XIXème siècle, le répertoire symphonique se retrouve ainsi transcrit pour piano seul, à quatre mains ou à deux pianos. La Symphonie fantastique de Berlioz n'a pas échappé à cette vogue. Mieux encore, elle est la première grande symphonie transcrite pour piano (à deux mains) par Liszt, dès 1834.

« Embrassant l'ensemble du paysage berliozien, cette transcription de la Symphonie fantastique ressemble à ces miniatures qu'on trouvait à Versailles, au rendu précis et à la grande finesse d'exécution. On n'y perd aucun détail de la scène que l'on peut emporter avec soi. On y appréhende la structure et on peut apprécier (comme on toucherait du doigt) toute la complexité de la trame. On redécouvre alors le plaisir de cet art à part entière tout en riant de l'insolence, si berliozienne, de transposer dans un salon, (qu'il soit ou pas à Versailles) une oeuvre si libertaire et révolutionnaire. »

Les deux pianistes interprètent également lors de ce récital deux transcriptions d'oeuvres de Claude Debussy, dont son célèbre Prélude à l'après-midi d'un Faune inspiré d'un poème de Stéphane Mallarmé qui met en lumière des détails que l'on ne perçoit pas toujours à l'orchestre.